M. O. Khacer

Ancien membre de l’Académie Berbère.

Plaidoyer pour la généralisation de l’alphabet tifinagh

in Blogs.mediapart.fr/blog/ouramdane-khacer

HISTORIQUE

Plus de mille trois cents inscriptions gravées sur des stèles ont été répertoriées. Ces inscriptions nous les retrouvons dans toute Tamazgha, (Afrique du Nord jusqu’aux Iles Canaries). A ces inscriptions, il faut ajouter de nombreuses autres écrites ou gravées sur des roches que l’on trouve dans les régions sahariennes mais aussi dans les montagnes de Kabylie et du Maroc. Cette écriture Tifinagh dont les signes sont de forme géométrique se lis généralement de gauche à droite. C’est à grâce à deux stèles bilingues punique/amazigh découvertes à Thugga en Tunisie que l’on commence à déchiffrer l’écriture amazighe. La plus célèbre est une dédicace retrouvée dans le mausolée de Massinissa en 138 Av. le présent. La langue amazighe était écrite depuis la protohistoire. Son écriture à caractère consonantique est alphabétique, c’est-à-dire chaque signe graphique représente un son.

Permanence et évolution de l’ecriture amazighe

Aujourd’hui, il est admis que l’écriture Tifinagh constitue une référence et un symbole identitaires du peuple amazigh. Le choix d’un alphabet pour une langue n’étant pas neutre, les caractères tifinagh constituent une garantie d’authenticité et une spécificité amazighe. Alphabet très ancien, contemporain des écritures de Mésopotamie et datant de la Protohistoire, l’écriture amazighe – Tifinagh constitue un héritage historique et civilisationnel. Diffusée sur l’aire de Tamazgha avec les Iles Canaries, l’écriture amazighe se divise en plusieurs systèmes graphiques apparentés mais sensiblement différents suivant les groupes amazighophones répartis dans toute Tamazgha (Afrique du Nord – Iles Canaries). Nous distinguons trois grands groupes :

1.l’écriture amazighe orientale que l’on trouve dans les inscriptions au Nord de la Tunisie et à l’Est de l’Algérie.

2.l’écriture amazighe occidentale très répondue à l’Ouest de l’Algérie et du Maroc.

3.Les écritures sahariennes d’où dérivent l’écriture amazighe/Tifinagh qui constitue le système d’écriture moderne des Amazighs du Sahara (Les Touaregs).

Depuis les années 70, cette écriture amazighe Tifinagh est sortie de l’oubli grâce aux premières associations et autres organisations amazighes (Académie Berbère, Organisation des forces berbères, l’union du peuple amazigh…). Nous connaissons aujourd’hui de nombreuses tentatives d’harmonisation qui à court terme aboutiront à une uniformisation de l’alphabet amazigh. De nombreux Amazighs ont appris les Tifinagh et les utilisent dans les enseignes commerciales, panneaux indicateurs, frontons des administrations (société nationale, mairies…) et dans l’édition (exemple : le livre de poésie de Remdane AT MENSOUR « TIGHRI » sortie en 1996 chez l’Harmattan.

LE TIFINAGH : Reference et Symbole identitaires

C’est grâce à une diffusion massive de l’alphabet amazigh / Tifinagh dans les années 70, que nous connaissons le réveil du monde amazigh (revue imazighen de l’Académie berbère, BD Ittij de l’OFB, la revue Assaghen de l’UPA). Cette prise de conscience, cette sensibilisation de masse fût confortée également par une diffusion massive de l’histoire des Amazighs. C’est grâce aussi à ce travail colossal désintéressé et militant qu’aujourd’hui des Amazighs se sont réappropriés leur identité culturelle ancestrale et se sont donnés pour idéal pour la première fois dans leur histoire de réhabiliter leur langue et leur culture amazighes pour en faire des outils capables de les hisser au rang des nations et des peuples libres.

LE TIFINAGH FIERTE DES AMAZIGHS

A travers cette communication, je voudrais rendre un vibrant hommage à la femme amazighe du Sud (Touareg) pour avoir su transmettre de génération en génération ce trésor culturel inestimable que constitue l’écriture amazighe Tifinagh. La redécouverte de cet alphabet amazigh est l’élément salvateur qui a su donner la fierté aux Amazighs. Il est devenu le ciment du peuple amazigh. C’est pour cela qu’à mes yeux, le choix d’un alphabet est d’abord idéologique c’est-à-dire un choix du cœur avant d’être un choix pratique. Dans le passé, certains ont utilisé les caractères latins et arabes pour des raisons pratiques du moment. Ce choix n’a jamais réussi à faire de notre langue un outil capable d’intégrer les systèmes éducatifs des pays de Tamazgha. Bien au contraire, il a confiné Tamazight dans la marginalisation politique et dans le folklore. Aujourd’hui, l’informatique met à notre disposition des moyens modernes et performants pour faire de l’alphabet Amazigh « le Tifinagh » (littéralement « tifin-nnegh » – « notre trouvaille » revue AFUS DES WFUS Académie Berbère du Nord, comité de Roubaix 1972), un support pédagogique efficace et moderne pour l’alphabétisation, le développement et l’enseignement de Tamazight. Dès maintenant, il est urgent de généraliser la pratique et la diffusion de l’écriture Tifinagh à l’ensemble des pays de Tamazgha avec les Iles Canaries. En ce début du 3ème millénaire, il est grand temps pour les Amazighs d’être eux-mêmes, penser Tifinagh c’est penser Tamazight. Le père de la Berbérité, feu Da Lmouloud At Mamer, (M. Mammeri) écrivait dans la préface du livre de Hamouna « grammaire berbère » (Octobre 1987). « Nous avons utilisé les caractères latins pour des raisons pratiques mais demain le berbère doit s’écrire en berbère, c’est-à-dire, en Tifinagh aménagé, c’est le simple bon sens ». Depuis 1993, l’Association Afus Deg Wfus, a fait un pas dans ce sens en réalisant les premières polices de caractères en TIFINAGH aménagés. Celles ci sont diffusées gracieusement auprès des associations de culture amazighe dans le monde. De nos jours, la majorité des Amazighs adhèrent naturellement à ces caractères Tifinagh légués par leurs ancêtres. Tout autre choix graphique les amputerait d’une partie importante de leur identité, c’est-à-dire d’eux-mêmes.

RECONNAISSANCE ET REHABILITATION DE L’IDENTITE AMAZIGHE

Notre langue, l’amazigh, ne peut s’inscrire dans la modernité qu’avec son propre système d’écriture et il appartient à tous ses enfants de lui ouvrir la fenêtre sur le monde de la connaissance et de la découverte. Les nations de l’Amazighie doivent s’enorgueillir de posséder un des plus vieux systèmes d’écritures du Monde. Le passeport, La carte d’identité la monnaie et tout autre document administratif de ces pays doivent être écrits d’abord en Tifinagh, il y va de leur existence culturelle et de leur indépendance politique. Il faudrait que les Amazigs cessent une bonne fois pour toute de s’intégrer à chaque fois à des systèmes politiques et culturels dominants et à des idéologies importées de l’étranger qui ont combattu leur culture et leur civilisation.

Ils ne peuvent s’affirmer et être reconnus dans le monde qu’à travers la reconnaissance, le développement, la promotion et la diffusion de leurs valeurs culturelles et civilisationnelles qui n’ont rien à envier à d’autres. Les militants amazighs aspirent à bâtir un espace amazigh africain tolérant, fraternel, solidaire, humaniste, respectant le droit des individus, des peuples et s’inscrivant ainsi dans un ensemble des états unis de l’Amazighie.

UNE CHANCE ET UNE ECHEANCE POUR L’AVENIR

Cette reconnaissance ainsi que la prise en charge de leur langue et de leur culture constitueraient une chance pour leur avenir et pour cette terre d’Afrique qui a connu tant de souffrances et de colonisations. Elle ferait progresser à coup sûr toute la société Amazighe dans la promotion sociale des femmes et des hommes. Langue et écriture de résistance par excellence, reconnues officiellement à l’échelle des pays de l’Amazighie, l’amazigh et son écriture Ttifinagh permettront la valorisation de ses enfants, leur élévation dans le monde et leur adhésion à la modernité. Elle sauvera ainsi les peuples de l’Amazighie de l’analphabétisme qui génère la misère sociale, l’obscurantisme, l’intégrisme et la marginalisation des êtres humains. L’urgence est de faire de l’amazigh avec son alphabet Tifinagh, l’un des futurs moteurs de l’évolution des sociétés de l’Amazighie. C’est à ces conditions que les pays et les peuples de l’Amazighie retrouveront leurs repères identitaires enracinés dans une amazighité ancrée dans l’histoire et à la préhistoire nord-africaine. C’est ainsi qu’ils pourront s’inscrire dans la modernité et dans la course universelle de l’esprit humain.

DEMOCRATIE ET DROITS DE L’HOMME

Face à cette démarche, de nombreux obstacles peuvent se présenter notamment la dispersion du peuple amazigh sur plusieurs états et l’ostracisme de ces derniers à voir se développer la compétition entre la culture et l’écriture amazighes autochtones et « les cultures étrangères imposées ».

Ces obstacles peuvent être surmontés si les gouvernements des pays de l’Amazighie (Afrique du Nord) cessent une bonne fois pour toutes d’être des despotes de leur peuple. Ils seront ainsi fiers d’être des enfants de l’Amazighie. Ils deviendront aussi des démocrates qui réhabiliteront et honoreront leur identité amazighe immuable par la reconnaissance nationale et officielle de l’amazigh et de son écriture Tifinagh. Ils pourront ainsi se débarrasser du fardeau idéologique de l’arabo-islamisme, générateur de tous les « Ismes » qui entrave le développement culturel et économique de cette grande région d’Afrique qui fut jadis le grenier de l’Europe.

Cette Europe vit bien avec plus de 25 langues. Les pays de l’Amazighie peuvent aussi bien vivre et se développer avec leurs trois langues ? l’amazigh, l’arabe et le français.

L’avenir de ces pays doit se construire sur la connaissance et la fierté du passé et sur un système éducatif national basé sur l’enseignement des langues du pays et ouvert sur le monde. Le défit à relever pour les nouvelles générations de militants et d’intellectuels consiste alors à consolider, à développer et à promouvoir l’identité culturelle amazighe sur toute l’aire de l’Amazighie, au-delà des frontières et des états nations. Ce combat de sensibilisation et de développement culturel doit s’inscrire autour de la langue amazighe et de son écriture Tifinagh. Il doit porter en son sein les valeurs de fraternité, de solidarité commune à l’ancestralité amazighe nord-africaine ainsi que les valeurs de démocratie et des Droits de l’Homme.

 http://blogs.mediapart.fr/blog/ouramdane-khacer/060513/plaidoyer-pour-la-generalisation-de-l-alphabet-tifinagh

* Président Fondateur
Académie Berbère de Roubaix 1971/1975
Président d’Afus Deg Wfus